Peinture

Nu sur Canapé - 2005 Paris

Acrylique sur toile

60 x 73 cm

Grand Thibaud ©


    De Raphaël à Véronèse, en passant par Modigliani, Degas, Manet, Courbet, Boucher, Botticelli, David, Michel-Ange, Goya ou Braque pour ne citer qu’eux... l’illustration de la nudité à travers les siècles pourrait suffire à décrypter l’histoire de la peinture tant se sont incarnées dans ce sujet unique toutes les évolutions de l’humanité.


Rond, potelé, chétif, fragile, romantique, sensuel, provocateur, déstructuré... quelle est la place du corps en tant que modèle dans toutes ses représentations ?


En 2005, Thibaud est en quête du modèle idéal, lorsque lui vient l’idée de laisser libre court au spectateur de créer lui même sa propre image, sa projection du nu idéal.


Sa référence a-t-elle été le « S’il te plaît... dessine-moi un mouton » ? Un « Petit Prince », qui n’est jamais satisfait  du résultat.

- « Trop gros » (comme les modèles de Botero ?) ; « trop maigre » (comme ceux de Modigliani ?) ; « trop vieux » (comme ceux d’Otto Dix ?) ; Et à force de se voir refuser son dessin, Saint Exupéry griffonnera un dessin et lui lancera » : « Ça c’est la caisse. Le mouton que tu veux est dedans. » Et le petit prince radieux de lui répondre : « C’est tout à fait comme ça que je le voulais ! »


Dans ce « Nu sur canapé », comme « le petit Prince », chacun de nous y verra ce qu’il désire : un homme, une femme, jeune, vieux, mince, obèse, pâle, coloré, peu importe... 


Laissez libre court à votre imagination ...


Charlotte Soulié - 2013